Accéder au contenu principal

Lyon aura ses "primaires" démocrates !

François Bayrou était attendu comme le messie. Après le retrait de la course de l´ancienne présidente de la région Rhône-alpes Anne-marie Comparini, le MoDem ne s´est pas retrouvé orphelin. Il a au contraire dû faire face à un trop plein de candidatures, non seulement pour Lyon, mais aussi pour certaines villes voisines.

On disait Michel Mercier débordé par sa base. Un temps disposé à "désigner" lui-même les candidats, le président du département a dû faire machine arrière face aux militants soucieux de plus de démocratie. Mais ceux -ci, anciens et nouveaux, n´arrivaient pas à se mettre d´accord sur une procédure de désignation. Tous attendaient donc la venue du "chef", qui n´a visiblement pas déçu et s´est préoccupé de trouver une sortie de crise acceptable pour tous les protagonistes.

Selon la formule présentée par François Bayrou aux militants réunis à Villeurbanne, chaque postulant devra être parrainé par au moins 80 militants de la section locale du MoDEm. Les candidats devront déposer leur profession de foi avant le 15 novembre . Celle-ci sera adressée à tous les militants et chacun des candidats devra s'engager à "figurer dans l'équipe de celui qui aura été choisi, en témoignage de solidarité".Des réunions publiques
Des débats publics devront être organisés avant le vote fixé au mercredi 5 décembre. Selon François Bayrou, cette procédure de désignation par les militants devrait servir de modèle, si elle fonctionne, pour d´autres grandes villes de France.
Le financement et l´accès aux fichiers
Selon les participants à la réunion de Villeurbanne, deux questions restent en suspens, celle du financement de la campagne (il semble que chacun devra y mettre de ses deniers personels) et qui aura accès aux fichiers des adhérents pour faire campagne. Sur ces deux sujets, c´est Michel Mercier , que l´on dit tenté par un rapprochement avec l´Ump, qui a le pouvoir. Et il ne semble pas disposé à faire de concession. Arguant du fait que les fichiers sont protégés par la CNIL, il refuse de les "distribuer aux quatre vents" et sur la question du financement, il rappelait qu´il s´est endetté lui-même pour sa propre campagne. Selon lui, c´est à chacun de prendre ses responsabilités !

Commentaires

  1. Thomas12.11.07

    Concernant les fichiers, je pense que dans chaque parti, il y a la théorie et la pratique. Je ne doute pas que la CNIL interdit la diffusion de listes d'adhérents à
    des partis politiques (ça paraît bien légitime). En pratique, je n'imagine pas que les partis en fassent grand cas sur le terrain. Tout au plus, ils s'assurent de limiter leur diffusion aux seules candidats concernés.
    C'est vrai que l'intransigeance de Mercier est étrange (logique en tant que déclaration publique puisqu'il ne peut pas s'inscrire en faux avec la loi, mais plus troublante si elle se vérifie sur le terrain).
    Il semblerait qu'on ait assuré aux candidats désignés par les primaires le bénéfice de ces listes.

    RépondreSupprimer
  2. Vivelecentre12.11.07

    quand on voit le "bordel" anbiant" au modem, quand on voit l'improvisation et le coté "'super-brouillon" du leader, on fremit de penser que compte tenu des circonstances exceptionnelles de 2007, leur leader a failli devenir president de la republique !!!
    on immagine aisement la cacauphonie qui aurait suivit de la part d'une organisation incapable de s'organiser elle même !
    je crois que l'on peut en convenir : ouf !!!!!!!

    RépondreSupprimer
  3. Thomas12.11.07

    Le "bordel ambiant" est inhérent à deux phénomènes qui n'existaient pas avant la présidentielle le départ de la majorité des cadres du parti l'arrivée de nombreux nouveaux adhérents suite à la création d'un nouveau parti . Si Bayrou réussi à mener presque sans équipage le navire Modem dans une
    mer houleuse, il aura démontré de grandes qualités de leader. N'importe qui peut tenir la barre quand la mer est calme, c'est dans la tempête qu'on reconnaît les grands navigateurs.
    Je crois qu'il règne un bordel tout à fait similaire au PS. Quant à l'UMP, Sarko veille à ce qu'aucune tête ne dépasse et a supprimé le poste de président du mouvement pour plus de sûreté. C'est clair qu'il n'y a pas de
    bordel à l'UMP, c'est même plutôt le mutisme imposé.

    RépondreSupprimer
  4. vivelecentre13.11.07

    de sarnez prete à une alliance avec delanoe, Cavada qui cherche la double investiture Udf/modem, c'est quoi ? L'habituelle tambouille politicienne de Bayrou ou de la cuisine Lyonaise façon Mercier ? Et pourtant, officielement, mesdames et messieurs , nous assistons pour la
    premiere fois sur la scene politique française à la naissance d'un grand mouvement independant !!
    Decidement , ce modem est la pire caricature de ce qu'il denonçait
    autrefois !! Que ne ferait on pour exister...

    RépondreSupprimer
  5. Anonyme14.11.07

    Par Rudy Salles, mardi 13 novembre 2007 à 06:28 :: Politique :: #537::
    rss François Bayrou vient de déclarer que les municipales seraient des élections difficiles pour le MoDem. Je suis d'accord avec lui et cela s'explique très facilement. En effet, l'UDF qui, naguère comptait une implantation locale très importante, qui détenait plus de présidences de
    Conseils Généraux que le RPR, qui comptait un nombre de maires importants ce qui se reflétait au Sénat puisque le Président de la Chambre Haute était UDF, a réussi, avec un positionnement politique hasardeux, à éloigner progressivement les élus locaux. Car les Régions, les Départements, les villes et villages ça n'est pas Paris. A Paris on cultive l'art de la politique politicienne, sur le terrain, dans nos terroirs on cultive plutôt le réalisme, le pragmatisme. Et pour préparer les prochaines municipales, on préfère écouter des gens qui ont des projets concrets à proposer pour l'avenir de la cité plutôt que de faire confiance à des gens qui cherchent
    à négocier des places tantôt d'un côté, tantôt de l'autre, au gré des
    circonstances. Mais le MoDem peut-il faire autrement que de chercher des alliances au fil de l'eau ? La lisibilité est impossible car sa composition est devenue totalement hétérogène. Les MoDem-UDF sont de centre droit et cherchent à faire des alliances avec l'UMP. D'autres venant de gauche, se tournent tout
    naturellement vers le PS. Les écolos-MoDem vont d'un côté et de l'autre comme ils l'ont toujours fait. Et puis il y a les SDF MoDem, ceux qui "débarquent" d'ailleurs et qui n'ont pas d'idée précise sur ce qu'il faudrait faire. Il y a enfin les jusqu'auboutistes qui militent pour des listes autonomes. Mais le problème c'est que pour aller au bout de cette logique, il faut avoir la capacité de se faire élire et, malheureusement pour lui, le MoDem ne permet pas l'élection. Quadrature du cercle...

    Alors François Bayrou a raison de dire que les municipales seront
    difficiles pour le MoDem. Ca révèle la fragilité de ce mouvement en raison
    du flou de ses contours et de la faiblesse de sa doctrine. Le problème est,
    tout de même, que François Bayrou disait, il y a quelques mois, au
    lendemain des législatives qui avaient été catastrophiques pour le MoDem,
    que les Municipales seraient de bonnes élections pour ce mouvement. Les
    prétentions de ce mouvement sont donc, tout naturellement, revues à la
    baisse. C'est avec une grande tristesse que l'UDF que j'ai été pendant 25
    ans assiste à cette décomposition.

    RépondreSupprimer
  6. Felure15.11.07

    Le MoDem... Regardez cette dame qui annonce qu'Azouz Begag ne pourra pas se présenter.L'histoire est finie avant d'avoir commencé.
    http://www.dailymotion.com/search/bayrou/video/x3hhd4_une-elue-du-modem-parle_politics

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Actuellement sur LYFtvNews :




 Abonnez vous !

Vous êtes le

ème
visiteur