Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du novembre 16, 2008

Retrouvez toutes les vidéos sélectionnées en vous abonnant à notre chaîne YouTube ! (cliquez ici)

Tribune libre : "Pourquoi l’éducation devrait-elle faire les frais des restrictions budgétaires ?"

"Suppression massive de postes d’enseignants, service minimum, disparition des réseaux d’aide aux enfants en difficultés (RASED), transformation de la maternelle pour les moins de 3 ans en jardins d’éveil payants, diminution du nombre d’heures dispensée aux élèves, etc., : les raisons seront nombreuses de descendre dans la rue ce jeudi 20 novembre.

Ce sont cette fois-ci les personnels enseignants des primaires, collèges et lycées qui devraient se mobiliser pour dénoncer les réformes et coupes budgétaires qui menacent l’éducation.

Avec 11 200 suppressions de postes en 2008 et 13 500 suppressions prévues l’an prochain, c’est une véritable saignée qu’inflige le gouvernement au service public de l’éducation. Lors du vote du budget 2009 ce 20 novembre, les députés devront tenir compte de la colère et de toutes les revendications exprimées par le corps enseignants. Il semble urgent de rétablir un dialogue social pour répondre aux problèmes et défis posés à l’éducation.

A l’exemple invr…

Grève des enseignants : pas de "service minimum" dans les villes

La plupart des maires des villes du Grand Lyon, à l'instar du Maire de Villeurbanne Jean paul Bret en octobre (voir article de LYon-Politique) se déclarent dans l'impossibilité, ou tout simplement refusent d'assurer le service minimum imposé par la loi du 20 aout 2008. A Lyon, l'adjoint de Gérard Collomb délégué à l'éducation et à la petite enfance Yves Fournel, a fait parvenir aux parents d'élèves une lettre dans laquelle il leur communique que "la loi précise que l'Inspecteur d'Académie doit informer le Maire 48 heures avant la grève, des écoles et des enseignants concernés pour chque école". "Nous avons voulu, dans le respect des principes républicains tester l'application de cette loi lors de la grève du 23 octobre", écrit Yves Fournel, "et nous avons constaté que, dans le délai de 48 heures qui nous est imposé, nous ne pouvions pas à la fois recruter et nommer des vacataires nécessaires, mettre en place leur encadreme…

Actuellement sur LYFtvNews :




 Abonnez vous !

Vous êtes le

ème
visiteur