Accéder au contenu principal

Délégations des vice-présidents : Gérard Collomb "verdit" l' action du Grand Lyon

Gérard collomb a rendu publique le 9 mai la liste des délégations de ses vice-présidents à la communauté urbaine du Grand Lyon.

Compte tenu du nombre important de postes (quarante vice présidents, un record !), celà aurait pu donner l' image d' une armée mexicaine : beaucoup de chefs et peu de troupes. Le président du Grand Lyon s' en est sorti en créant des "pôles" d' actions et de compétences qui devraient donner plus de visibilité et de cohérence à l' organisation de la collectivité.

L' environnement devient une priorité stratégique
L' une des nouveautés est la création d'une "mission développement durable" et d' une mission "stratégie métropolitaine". Avec entre autres Michel Reppelin, chargé des politiques publiques et de la prise en compte du Développement durable dans les projets, de l'Agenda 21, et de la qualité de l'air.
Dans sa politique le Grand Lyon cherchera par ailleurs à marquer son appui à la recherche, la formation et aussi aux nouvelles technologies.
Un plan de mobilité urbaine.
Avec ses alliés Verts, Gérard Collomb veut assurer "le respect des enjeux environnementaux". L' objectif est d' améliorer la coopération avec les autres villes, au delà de la communauté urbaine. Il s' agira d'organiser le transport collectif "de St-Etienne à la plaine de l' Ain" pour inciter les "grands lyonnais" à délaisser peu à peu la voiture individuelle.
Les grands pôles de compétence :
Jean-Michel Daclin
est chef du pôle "Attractivité et relations internationales".
Mireille Elmalan (maire PC de Pierre Bénite, principale ville de la "vallée de la chimie") sera chargée du pôle "Prévention des risques, lutte contre le bruit, gestion des situations de crises".Michèle Vullien (UdF/MoDem) aura en charge le pôle "Transports collectifs REAL-SYTRAL". Le maire de Vaulx en Velin Maurice Charrier est chef du pôle "Politique de la ville et cohésion sociale"Le premier vice-président, Jean-Paul Bret, a lui aussi de nombreuses responsabilités, dont "la stratégie globale de développement, le suivi du plan de mandat, les relations avec les collectivités, les contrats de projet Etat-Région..."Quant à l' écologiste Gilles Buna, il conserve la haute main sur le pôle "urbanisme appliqué et opérationnel, les projets urbains et les grands projets d'équipement". Il aura donc en charge le suivi de projets emblématiques du mandat, comme l' aménagement des berges de la Saône.