Accéder au contenu principal

Le socialiste Jean-François Gagneur prêt à ravir le poste de député de l' UMP invalidé Georges Fenech


Suite à l' invalidation (assortie d' une interdiction de se représenter durant un an) de l' UMP Georges Fenech (voir notre précédent article), les électeurs de la 11e circonscription du Rhône (cantons de Givors, Mornant, Condrieu et Saint-Symphorien-d'Ozon), sont appelés à réélire leur député. Le scrutin aura lieu le dimanche 25 mai pour le premier tour et le 1er juin pour le deuxième.

Une situation politique qui a évolué
Il faut se souvenir qu' en 2007, l' élection de Georges Fenech, dans la foulée des présidentielles, "n' avait pas fait un pli". Avec 56,5 % des voix, il obtenait l' un des meilleurs scores de l' UmP dans le Rhône, un département qui faisait de la résistance puisque plusieurs députés socialistes étaient élus à Lyon et Villeurbanne malgré la petite "vague bleue" au niveau national.

Mais cette élection de Georges Fenech devait être invalidée par le Conseil constitutionnel suite au rejet de ses comptes de campagne. Le député, pourtant très au fait du droit puisque magistrat, avait fait régler les achats pour un buffet par une militante. Hors, la loi est claire : c'est le mandataire financier qui aurait dû faire le chèque.

C' est un élu du Nouveau centre, le maire de Chaponnay (vice-président du conseil général) Raymond Durand, qui représentera la droite lors de cette élection. Hors, ce dernier a fait une erreur tactique en indiquant durant la campagne qu' il serait en quelque sorte un candidat "intérimaire" et qu' il était prêt à laisser sa place au bout d' un an, lorsque Georges Fenech deviendrait rééligible !

Ses opposants se sont empressés de déclarer qu' un poste de député ne pouvait pas se concevoir comme un interim pour chauffer la place de quelqu' un d' autre. Raymond Durand a depuis reculé et indiqué qu' il serait un député à plein temps.

La bataille de Givors désunit la gauche

Face à lui, plusieurs élus de gauche se disputent les voix des électeurs au premier tour. Mais ils semblent pour l' instant d' accord pour se réunir au second. L' originalité est que trois de ces candidats sont élus de Givors : le docteur (PS) Jean-François Gagneur dont le parti est bien implanté dans les autres villes de la circonscription, devra faire face à la candidature de "son" maire, le communiste Martial Passi. Quant à Roger Fréty, lui aussi élu de Givors, il représentera les Verts*.


Une campagne marquée par les projets de contournement ferroviaire de l' Est lyonnais.

L' environnement et le contournement ferroviaire à l'Est de Lyon sont au centre de cette campagne. Tous les candidats, qu' ils soient de droite ou de gauche, rejettent le tracé et militent quelquefois dans les mêmes associations de riverains ! Mais sur ce dossier, les candidats de gauche ont beau jeu de faire valoir les promesses non tenues de Georges Fenech et de son ami, l' ex ministre des transports Dominique Perben.

L' inconnue des abstentionnistes

En fait, l' élection pourrait se jouer sur la capacité de mobilisation des uns et des autres. Nous sortons d' une série de campagnes électorales épuisantes et traditionnellement les législatives partielles ne mobilisent pas les foules, dit un militant. Mais fort du soutien de Gabriel Montcharmont, le premier député (PS) élu après le découpage de cette circonscription par Charles Pasqua, Jean François Gagneur croit en ses chances de ravir cette circonscription à la droite, d' autant plus qu'il a choisi pour suppléant le maire de Mions, Paul Serres, qui a gagné les dernières municipales dès le premier tour.

* Seront également candidats Blandine Martin (MoDem), Christian Castro (LCR), Olivier Amos (FN) Yves-Jean Quintin (PRG) et Simon Archipenko (Arc Républicain) .

Premier tour : les résultats ici -



Cliquez ici :
utiliser comme Page de Démarrage