Accéder au contenu principal

Siège du Conseil Régional : la pose de la première pierre sur fond de polémique

Avec la pose de la première pierre le 9 juillet 2008, on peut dire que la Région Rhône-Alpes a mené tambour battant son projet de déménagement de Charbonnières vers le nouveau centre commercial et administratif de Lyon, dans le quartier de la Confluence.

La polémique, inévitable, est venue des rangs de l' opposition qui critique le projet "pharaonique" du "palais" voulu par Jean Jack Queyranne. Pour couper court à cette discussion, le président de la Région a tenu à indiquer que le projet est "dans les clous". L’acquisition du terrain et sa mise aux normes a représenté un coût de 11,4 M€ H.T. Le coût prévisionnel de construction estimé en 2005 était de 96 millions d’euros H.T. Mais si il a fallu voter un "ajustement" de 24,4 millions d’euros H.T en 2007, c' est seulement pour "satisfaire à des améliorations apportées au projet par l’architecte, faire face aux évolutions réglementaires et s' adapter à l'évolution du coût de la construction entre avril 2005 et décembre 2008 ".
Un coût total de 25 M€ si on tient compte des économies induites par le déménagement.
Aujourd' hui, le coût de construction s’établit donc à 123,8 M€ (valeur décembre 2008). Mais si l'on compte les économies de fonctionnement induites par ce déménagement, ce coût serait ramené, selon le président de la Région, à seulement 25 M€. Pour arriver à ce chiffre, il note l'arrêt de l’opération de constructions nouvelles sur le site de Charbonnières, la vente du terrain de Charbonnières aujourd' hui estimée à 25 M€ et des économies de loyers et de charges (sur 20 ans de l’ordre de 80 M€ !).
En définitive, l’opération de Confluence se solderait par un coût net à charge de la Région estimé entre 20 et 25 M€ "comme annoncé au lancement du projet en avril 2005".

Haute qualité environnementale, haute qualité d’usage et insertion sociale.
Le nouveau siège réalisé par l' architecte Christian de Portzamparc, devrait permettre à la région de répondre aux nouveaux standards de progrès économiques, sociaux et environnementaux.
La réussite de ce projet, conditionnée par l’adhésion des entreprises partenaires, prévoit un chantier propre avec le tri et la valorisation des déchets. 120 000 tonnes de déblais ont ainsi été transportées par péniche puis recyclées (Voir article dans LYonenFrance) .
Le futur siège de la Région Rhône-Alpes se construit selon une stratégie de maîtrise des coûts en énergie : doubles vitrages, isolation extérieure, éclairage artificiel à faible consommation, utilisation de panneaux solaires, utilisation d’une pompe à chaleur pour le chauffage et le rafraîchissement des locaux, matériaux de construction respectueux de l’environnement.

Adaptation aux usagers handicapés
Les usagers, les architectes et les autres constructeurs ont été consultés pour réaliser un ouvrage ouvert au plus grand nombre, en particulier les personnes handicapées. D' autre part, des clauses d'insertion ont été signées avec les entreprises pour l'insertion de publics prioritaires das la construction : chômeurs de longue durée, jeunes à faible niveau de qualification ou bénéficiaires du RMI...
Le futur siège en quelques chiffres
- Surface du bâtiment : 46 000 m2 , 1 000 m2 de panneaux photovoltaïques, 25 000 m2 de bureaux, 1 454 postes de travail, 435 places de stationnement (nombre de places volontairement limité pour favoriser l’accès au site par les transports en commun et/ ou les modes de transports « doux »)

La livraison prévue du bâtiment a été fixée à l' été 2010 avec un déménagement progressif des agents.

S' abonner gratuitement ? cliquez ici :
utiliser comme Page de Démarrage