Accéder au contenu principal

Le MoDem lyonnais a des ratés au démarrage !

Il est bien difficile pour les observateurs de comprendre ce qui se passe dans les rangs du MoDem lyonnais. Le mouvement, dont les élus en place sont souvent issus de l´UdF, a en effet bien du mal à rompre avec son histoire.
Si l´arrivée massive de nouveaux adhérents sensibles au discours de François Bayrou après les élections présidentielles laissait présager de la mise sur orbite d´une fusée, on assiste plutôt aux départs pétaradants d´un vélosolex, voire pour faire plus lyonnais d´un velo´v auquel on aurait ajouté un moteur pour grimper les côtes de la Croix Rousse. Si la situation a semblé s´éclaircir après l´abandon des primaires et le renoncement d´ Azzouz Begag, qui se présentait lui-même comme un "trublyon", beaucoup constatent aujourd´hui que la greffe n´a pas pris. Plusieurs journalistes étaient présents lors de la réunion organisée le 11 janvier dernier par des militants adeptes d´une ligne autonome. Leur compte rendu de la soirée ici ( "fin de soirée difficile au MoDem" ) et là ( MoDem, moi non plus ) fait plutôt penser à la réunion d´un groupuscule trotskyste des années 70 qu´à un meeting de lancement d´une campagne électorale pour "gagner Lyon".