Accéder au contenu principal

Carte militaire : la Région Rhône-Alpes partagée entre soulagement et colère

Les nouvelles sont tombées en même temps, lors de la présentation du livre blanc de la défense nationale : d' un côté l’avenir de l’Ecole du Service de Santé des Armées de Lyon-Bron est assuré, voire conforté, de l' autre le 7ème bataillon des chasseurs alpins de Bourg- Saint-Maurice est supprimé.




Santé : Regroupement des écoles de Bordeaux et Lyon



Le Président de la Région, qui est aussi élu de Bron, s' est bien sûr montré satisfait du maintien de l' école de santé militaire dans sa commune. "Une décision de bon sens" selon Jean Jack Queyranne, qui ajoute que "le regroupement sur un seul site des étudiants de Bordeaux et Lyon est une décision de bon sens ! ".
Jean-Jack QUEYRANNE y voit bien sûr le résultat de ses nombreuses "interventions auprès du ministre pour demander ce maintien". Il avait ainsi rappelé "l’intérêt pour les étudiants de pouvoir être formés à proximité d’un des premiers CHU de France, du pôle santé et technologies médicales Rockefeller, de l’un des plus grands pôles de recherche scientifiques mondiaux (Pôle de compétitivité Lyon-Biopôle…), de grands laboratoires et d’une concentration d’entreprises pharmaceutiques".
La soupe à la grimace pour Bourg Saint Maurice
Si la proche banlieue lyonnaise a des raisons de se satisfaire d une décision qui n' était pas gagnée d' avance (en partie du fait de la proximité du gouvernement avec la maire de Bordeaux), ce n' est pas vraiment le cas de la Savoie. La nouvelle carte militaire présentée par le Premier ministre prévoit en effet la suppression du 7ème bataillon des chasseurs alpins de Bourg- Saint-Maurice. Dans ce cas, le président de la Région assure qu' il n' y est pour rien ! Il dénonce une décision catastrophique la Vallée de la Tarentaise : "Aux déserts judiciaires et sanitaires, s’ajoutent maintenant les déserts militaires ! La logique comptable du gouvernement prime encore une fois sur l’intérêt général", assure t' il.
Les villes concernées par la suppression des bases ou casernes militaires vont se retrouver privées de ressources économiques essentielles. Pour les élus régionaux, "cette mesure ne tient pas compte de l’intérêt des populations et de l’aménagement du territoire".
De lourdes conséquences pour l' économie locale
Le 7ème bataillon des chasseurs alpins de Bourg-Saint-Maurice qui comprend plus d’un millier d’hommes, 300 familles et 500 élèves scolarisés, contribue en effet fortement à l’activité de cette ville de 8000 habitants et sa suppression aura de lourdes conséquences sur l’économie locale. Jean Jack Queyranne d'nonce "une décision unilatérale, prise sans concertation avec les élus locaux et la population, qui ne tient pas compte des récents investissements réalisés par les collectivités locales".
En effet, la Région a investi récemment 16 millions d’euros pour la construction d’un nouveau lycée, livré à la rentrée 2004 et qui répondait aux besoins de la population. Elle demande au gouvernement des mesures d’accompagnement et de compensation pour Bourg- Saint-Maurice et la vallée de la Tarentaise.